Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les recherches que nous avons proposées s’intéressent à l’effet de la température sur des vers trouvés en Antarctique. Nous travaillons aussi dans d’autres climats et voulons comparer la réponse des animaux à une augmentation de température. Les vers sont pratiques car ils sont abondants, ils ne régulent pas leur température interne et on trouve des espèces proches vivant dans des milieux très différents.
Il faut savoir que la température est un facteur clé de la distribution des espèces sur notre planète. Vous savez qu’on ne trouve pas naturellement des espèces tropicales sous nos latitudes (par exemple, les girafes ne se trouvent qu’en Afrique). Il en est de même pour les animaux marins. En Antarctique, les animaux vivent depuis des millions d’années à une température très basse (-1.8°C) et très stable. On s’attend donc à ce qu’ils soient très sensibles à une augmentation, même faible, de la température. C’est ce que nous allons tester. Vous savez tous que le climat terrestre tend à se réchauffer. Ce réchauffement est particulièrement marqué aux pôles. En Antarctique, la Péninsule on a déjà enregistré une augmentation de 1°C de l’eau de mer. Du coté de Dumont d’Urville, on n’a pour le moment pas eu d’augmentation notable de la température. En travaillant dans cette zone, on aura donc accès à des populations pas encore affectées par le changement de température.

Pour aller un peu plus loin…
Cette année, nous allons surtout récolter des animaux, les identifier et les congeler en matériel de référence pour en extraire de l’ADN une fois de retour au laboratoire à Roscoff. L’ADN, comme vous le savez, est le lieu de stockage de l’information génétique et nous séquencerons différents gènes qui nous intéressent pour au moins une cinquantaine d’individus de chaque espèce. Ce qui nous intéresse, c’est le polymorphisme, c’est à dire des petites modifications de la séquence entre différents individus qui contribue à la variabilité d’une espèce (pensez, par exemple, à la couleur des cheveux, des yeux, etc… chez l’homme). La théorie moderne de l’évolution prédit que dans un milieu extrêmement stable en température comme l’Antarctique, il devrait y avoir une diminution du polymorphisme qui confère une adaptabilité aux variations de température. C’est ce que nous allons rechercher dans nos espèces d’intérêt.

 

Quel est le but de votre mission ?
Tag(s) : #Question de la classe de Terminale S de Landivisiau, #Question du Collège de Lanmeur

Partager cet article

Repost 0